Votez pour vous!

Très fière et très émue que les Jeudis de l’hémicycle soient nominés aux Bruxellois de l’année dans la catégorie « Action Politique ». A travers les Jeudis, ce sont toutes les associations et la participation citoyenne qui sont mises à l’honneur. Le Parlement francophone bruxellois est aujourd’hui la seule assemblée du pays qui ouvre chaque mois son hémicycle à la société civile. Celle-ci a carte blanche pour présenter pendant une matinée son travail, ses revendications, ses solutions et interagir avec les députés. Nos démocraties occidentales sont en crise profonde : crise de représentativité, rupture de confiance, opposition entre l’horizontalité et la rapidité du monde actuel ainsi que le morcellement du monde politique. La face positive de ces crises est la  volonté toujours plus grande et clairement exprimée du citoyen de prendre part au processus décisionnel.

Ma conviction profonde est que demain des nouveaux codes de démocratie seront mis en place : panel citoyen, tirage au sort, participation plus directe à la prise de décision, etc. Entre temps, plutôt que d’attendre que la démocratie se fasse malgré nous, cela fait 6 ans que nous ouvrons chaque mois nos portes à la société civile à travers les JH . C’est fabuleux de voir que ce qui était au départ  plus empirique est aujourd’hui devenu un formidable levier de la démocratie. C’est un vrai dialogue à égalité entre la société civile et les députés. A chaque fois, je suis touchée de voir l’assemblée remplie de citoyens pour qui ces thématiques importent parce qu’elles font partie de leur quotidien. Leur vécu ne se perd pas puisqu’à chaque fois les députés présents y donnent suite.

Je compte sur votre soutien parce qu’en votant pour les Jeudis de l’Hémicycle, c’est également pour vous que vous votez !

N’hésitez pas à en parler autour de vous, les votes sont possibles jusqu’au 19 février via ce lien :

https://www.lesoir.be/204539/article/2019-02-03/qui-sera-le-ou-la-bruxelloise-de-lannee-2018-vos-votes

JHC: Attentats du 22 mars 2016: Et après?

Le 22 mars 2016, Bruxelles a été touchée en plein cœur. Et depuis ce jour, des centaines de familles ont vu leur quotidien changer à jamais. Nous ne pouvions pas terminer cette législature sans aborder un des évènements les plus marquants de cette décennie. Le 28 mars prochain, le Parlement francophone bruxellois en collaboration avec V-Europe, une asbl qui regroupe des victimes du terrorisme organise un JH consacré à ce jour sombre. Cette association  créée suite aux attaques terroristes du 22 mars 2016 représente plus de 200 membres victimes du terrorisme.

Une matinée qui va raviver cette blessure, mais aussi faire le point sur les réponses apportées et encore à venir qui permettent de panser les maux. Alors rejoignez-nous pour rendre hommage aux victimes et à leurs familles. Ils nous parleront de leur quotidien et des difficultés auxquelles ils doivent de faire face depuis cette journée qui a à jamais changé nos existences.

Date : Jeudi 28 mars 2019 de 9h30 à 12h30

Lieu : Parlement bruxellois, rue du Lombard 69 – 1000 Bruxelles

RSVP : inscription@parlementfrancophone.brussels

Jeudi de l’Hémicycle – Asbl Goods to Give

En plein dans l’actualité ! Le prochain Jeudi de l’Hémicycle du 7 février prochain accueillera l’asbl Good To Give qui  lutte concrètement contre la surconsommation en promouvant les cycles solidaires et l’anti-gaspillage par la distribution de biens non-alimentaires. Leur bilan est impressionnant! En Belgique, près d’une personne sur six vit en-dessous du seuil de pauvreté, et plus de 100 millions de produits neufs non-alimentaires invendus sont voués à la destruction chaque année. Pourquoi gaspille-t-on autant en Belgique? Quelles mesures sont prises au niveau politique, chez nous? Comment le secteur de la distribution s’investit-il dans ce domaine? Que peut-on faire au niveau individuel? Nous tenterons de répondre à ces nombreuses questions, à l’heure où nos jeunes nous rappellent, chaque semaine, que la question environnementale doit être abordée sous un prisme différent. Je vous attends nombreux pour cette matinée qui nous amènera à reconsidérer la société de consommation dans laquelle nous vivons.

Date : Jeudi 7 février 2019 de 9h30 à 12h30

Lieu : Parlement bruxellois, rue du lombard 69 – 1000 Bruxelles

RSVP : info@goodstogive.org

Exposition: Spirou et Bruxelles sous l’occupation

30 ans, ça se fête ! A cette occasion, nous accueillerons une exposition, organisée conjointement avec la VGC, consacrée au dernier album de Spirou, qui aborde Bruxelles sous l’occupation. Spirou et Fantasio sont d’abord, comme tous les Belges, sur les routes de l’exode, fuyant l’arrivée de l’ennemi, bloqués quelques temps à la frontière française dans une panique générale vécue aussi par le Bruxellois Hergé. Vient la signature de l’armistice par le roi Léopold III. Les Belges sont appelés à rentrer chez eux. L’occupation commence. Que faire ? Collaborer ? Attendre des jours meilleurs ? Résister ? Encore faut-il en avoir les moyens. Comment fait-on quand on a 16 ans et que l’on est débordant d’énergie et d’idéal ?

L’Espoir malgré tout est le premier volume d’une série de quatre qui interroge la notion d’héroïsme, d’engagement, d’humanité, de solidarité, de justice. Pas étonnant que Spirou soit la mascotte de l’ONU à l’occasion des 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme !

Cette exposition rassemble non seulement quelques-unes des plus belles planches d’Emile Bravo mettant Bruxelles en scène, mais aussi des documents inédits qui racontent cette histoire.

Cette exposition organisée conjointement avec nos collègues du Raad van de Vlaamse Gemeenschapscommissie est à voir au PFB, 77 rue du Lombard et in het Huis van de Raad, 67 rue du Lombard à 1000 Bruxelles du 12 février au 1er mars 2019 du lundi au vendredi de 10 à 17 heures.

Date : Lundi 11 février 2019  de 18h00 à 20h30

Lieu : Parlement francophone bruxellois, rue du lombard 77 – 1000 Bruxelles

RSVP : inscription@parlementfrancophone.brussels

JHC: GAMP

Chaque année, le GAMP crie pour que les députés les entendent. Ce jeudi 17 janvier, le Parlement Francophone Bruxellois leur offrira une tribune pour amplifier la portée de leur message en consacrant un Jeudi de l’Hémicycle, en collaboration avec l’asbl Inforautisme, sur La trajectoire de vie des personnes avec TSA (Troubles du Spectre de l’Autisme) en Belgique francophone. Dans le langage commun, l’autisme est un mot tabou, un mot qui fait peur. Dans une société de plus en plus individualiste, comment peut-on parvenir à faire de l’inclusion la norme et non l’exception comme c’est tristement le cas aujourd’hui ? Une rencontre qui s’annonce très forte. Je vous y attends ! 

Date: 17 janvier de 09h00 à 12h30

Lieu: Parlement bruxellois, rue du Lombard, 69 à 1000 Bruxelles

RSVP : event.gamp@gmail.com

Un peu de presse… Janvier 2019

La société civile et la diaspora s’expriment lors des « Journées du Burundi »

Le débat sur la restitution des biens culturels est ouvert à Bruxelles

L’Interview : Julie de Groote (cdH)

Patrimoine africain : le temps des restitutions est-il venu ?

Restitution des biens africains spoliés : L’amorce d’un dialogue en Belgique

JHC – Une Saint-Nicolas pas comme les autres !

Le 6 décembre dernier, nous avons vécu une Saint-Nicolas pas comme les autres ! Sujet bouleversant au Jeudi de l’Hémicycle sur les soins palliatifs pédiatriques. C’était la première fois qu’on parlait de la fin de vie d’enfants au Parlement et on a vu combien le sujet reste difficile à aborder. La mort nous renvoie à notre finitude et elle est difficile à regarder en face, encore plus celle des enfants, qui n’est pas dans l’ordre des choses et souvent insupportable, dans le sens physique comme moral du terme.

De quoi parle-t-on ? Environ 720 enfants sont concernés chaque année en Belgique par les soins palliatifs pédiatriques. Suivre ces enfants jusqu’à leur fin demande une dimension supplémentaire par rapport aux soins palliatifs réservés aux adultes. Ils présentent des maladies chroniques complexes (par rapport aux maladies « typiques » des adultes), ils ont une compréhension de la mort et des soins qui leur sont donnés très différente, selon qu’il s’agit d’un très jeune enfant ou d’un presque jeune adulte. Surtout, deux dimensions rendent ces soins tout-à-fait différents. L’enfant fait partie de sa communauté unique, celle, de son école, de ses copains, de sa famille. Et ceux-ci, la famille, les parents et la fratrie, ont besoin de répit pour faire face à la maladie de leur enfant si omni-dévoreuse de temps, d’émotion, de tracas financiers (souvent, il faut arrêter de travailler pour s’occuper de son enfant malade), de poids pour le reste de la famille. Comme le disait Jordaan Pollet de la Villa Indigo, les parents font souvent face à des sentiments de culpabilité (on ne veut pas abandonner son enfant une seule minute), d’angoisse, de peur, d’épuisement. C’est pour faire face à l’inimaginable que de formidables équipes pluridisciplinaires se multiplient. Merci à eux de le faire au quotidien, à travers une histoire individuelle racontée par chaque enfant-patient. Merci d’avoir été là si nombreux ! Merci à la FBSP, Palliabru, UCLouvain et la fondation contre le cancer d’avoir organisé un débat d’une telle qualité ! C’était un très beau Jeudi de l’Hémicycle et les députés se sont tous engagés à y donner suite.

Belle année 2019!

Les journées du Burundi: « (P)réparer l’avenir du Burundi »

Le 28 novembre dernier, avec mes collègues et la société civile burundaise présente en masse, nous avons lancé les journées du Burundi. Quel beau moment de démocratie né en juillet 2015, lors d’un précédant  JH, suite au cri du cœur lancé par le Collectif des femmes pour la Paix et la Démocratie au Burundi de Juliette Nijimbere, trois jours avant la réélection du Président Pierre Nkurunziza.

Pendant deux ans, suite à la situation préoccupante du pays, nous nous sommes réunies dans mon bureau avec des femmes engagées issues du monde associatif et politique, de manière régulière, pour construire ces deux journées. Cette rencontre était le fruit d’une demande de la société civile à laquelle nous avons répondu, d’une co-construction avec cette même société civile pendant deux ans, dans l’écoute, le respect et surtout l’amitié mutuels.

Il n’est pas fréquent que la société civile se fédère à ce point pour faire passer un message, ses espoirs, ses revendications et qu’il s’agit ici de la société civile burundaise, tant la diaspora burundaise établie en Belgique et à l’étranger, que la société civile organisée établie au Burundi même.

Après deux jours intenses d’échanges, de réflexions et de témoignages qui ont débuté au Parlement Francophone Bruxellois, en passant par le Sénat et qui se sont terminés au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, plusieurs recommandations ont été adoptées pour le développement d’un projet de société pacifié et inclusif au Burundi. Sous la présidence de Frère Emmanuel Ntakarutimana, ces journées ont été le fruit d’une collaboration inédite avec le Ministre-Président de la FWB Rudy Demotte, de la Présidente du Sénat Christine Defraigne, du Président du Parlement de la FWB Philippe Courard ainsi que des députées et sénatrices, membres du Collectif des femmes pour la paix et la démocratie.

On y est arrivées, malgré les pressions, malgré les obstacles et avec le courage de beaucoup qui ont bravé les représailles en venant témoigner. C’était impressionnant de voir ces Burundais venus des quatre coins du monde se réunir dans notre hémicycle pour assumer leur passé et construire un futur commun. C’était un vrai beau moment de démocratie participative auquel nous avons décidé de donner suite par des résolutions concrètes. Il y a de beaux moments en politique, celui-ci en faisait indubitablement partie.

JHC – la Fédération des Soins Palliatifs

Cachez cette mort que notre société ne veut plus voir. C’est à un vrai débat de société que la Fédération des Soins Palliatifs nous invite ce jeudi 6 décembre. Comment aborder « le grand passage » de façon humaine, personnalisée, inclusive des proches, dans notre monde aseptisé et surmédicalisé ? Cette question nous concerne tous, mais elle devient aiguë quand on parle de la mort des enfants. C’est sur cette question précise que portera notre Jeudi de l’Hémicycle et je serais très heureuse que vous veniez partager cette matinée qui donne du sens à notre vie. 

Où et quand : Jeudi 6 décembre de 9h30 à 12h30 au PFB, bâtiment central, 69 rue du Lombard.