Conflits d’intérêt: sans lieu de dialogue plus de Belgique!

Quatre conflits d’intérêt en 6 mois, cela peut sembler absurde, la grenouille qui se prend pour le bœuf, la mouche du coche, la petite COCOF qui empêche le fédéral de tourner rond et continuer sa politique de pensions, des quotas INAMI et maintenant d’une nouvelle catégorie de travailleurs « associatifs ».

 

Qu’est-ce qui est derrière cette multiplication des conflits d’intérêt? L’absence de dialogue, le mal institutionnel belge. Les conflits vont se multiplier avec la formation de majorités différentes entre le fédéral et les entités fédérées. Ça ne peut pas marcher si on n’instaure pas un véritable fédéralisme de coopération, et j’insiste sur le mot de coopération, sous peine que les intérêts deviennent tellement divergents que l’élastique craque.

 

Est-ce la COCOF qui doit assurer ce lien ténu entre nos entités, qui doit porter à chaque fois l’étendard de cette concertation introuvable ? Ben non, évidemment. Le Sénat devrait être ce lieu de rencontre entre les entités fédérale et fédérées, c’est la raison d’être de sa composition. Mais voilà, le Sénat a été délibérément vidé de sa substance par la NVA et ses partenaires et mis dans l’incapacité de remplir ce rôle. Le comité de concertation ? Il se limite le plus souvent à acter le désaccord, sans capacité de construire une voie un rien différente des positions de départ.

 

Alors oui, nous – la COCOF -, forçons ce dialogue, nous poussons la porte du fédéral pour faire entendre la voix des bruxellois francophones qui dit bien haut ce que beaucoup de citoyens partout, d’associations, de fédérations, partagent. Quand certains disent que le conflit d’intérêt « ne sert à rien », ils mettent en péril les deux concertations que nous avons eu concernant les quotas INAMI et les pensions communales. C’est décourageant.

 

Prenons les quotas INAMI. Wallonie et Flandre, ils sont basés sur la population. Par contre, à Bruxelles, ils sont basés sur le nombre d’élèves inscrits en primaire et secondaire. Du coup, la clé de répartition est 83-17. Absurde, quand on sait que les écoles néerlandophones sont fréquentées par un grand nombre de francophones!!! Si on avait pris un autre critère, comme celui des déclarations fiscales ou du nombre de votes exprimés – critères objectifs – ce serait une clé de répartition 92-8. Concrètement, cela signifie qu’il y a 107 médecins par an en moins désignés! Et alors que la pénurie est criante! Voilà pourquoi nous nous battons…

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *