Les journées du Burundi: « (P)réparer l’avenir du Burundi »

Le 28 novembre dernier, avec mes collègues et la société civile burundaise présente en masse, nous avons lancé les journées du Burundi. Quel beau moment de démocratie né en juillet 2015, lors d’un précédant  JH, suite au cri du cœur lancé par le Collectif des femmes pour la Paix et la Démocratie au Burundi de Juliette Nijimbere, trois jours avant la réélection du Président Pierre Nkurunziza.

Pendant deux ans, suite à la situation préoccupante du pays, nous nous sommes réunies dans mon bureau avec des femmes engagées issues du monde associatif et politique, de manière régulière, pour construire ces deux journées. Cette rencontre était le fruit d’une demande de la société civile à laquelle nous avons répondu, d’une co-construction avec cette même société civile pendant deux ans, dans l’écoute, le respect et surtout l’amitié mutuels.

Il n’est pas fréquent que la société civile se fédère à ce point pour faire passer un message, ses espoirs, ses revendications et qu’il s’agit ici de la société civile burundaise, tant la diaspora burundaise établie en Belgique et à l’étranger, que la société civile organisée établie au Burundi même.

Après deux jours intenses d’échanges, de réflexions et de témoignages qui ont débuté au Parlement Francophone Bruxellois, en passant par le Sénat et qui se sont terminés au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, plusieurs recommandations ont été adoptées pour le développement d’un projet de société pacifié et inclusif au Burundi. Sous la présidence de Frère Emmanuel Ntakarutimana, ces journées ont été le fruit d’une collaboration inédite avec le Ministre-Président de la FWB Rudy Demotte, de la Présidente du Sénat Christine Defraigne, du Président du Parlement de la FWB Philippe Courard ainsi que des députées et sénatrices, membres du Collectif des femmes pour la paix et la démocratie.

On y est arrivées, malgré les pressions, malgré les obstacles et avec le courage de beaucoup qui ont bravé les représailles en venant témoigner. C’était impressionnant de voir ces Burundais venus des quatre coins du monde se réunir dans notre hémicycle pour assumer leur passé et construire un futur commun. C’était un vrai beau moment de démocratie participative auquel nous avons décidé de donner suite par des résolutions concrètes. Il y a de beaux moments en politique, celui-ci en faisait indubitablement partie.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.