Les missions princières: stop ou encore ?

Le gouvernement flamand a annoncé qu’il souhaitait passer de quatre missions princières par an à deux et qu’il réduisait de moitié sa dotation à l’Agence pour le commerce extérieur (ACE). La Région Bruxelles-Capitale et la Région wallonne se retrouvent otages de cette décision, leur alignement étant automatique à cette décision. J’interpelle Cécile Jodogne pour que cela ne signifie pas la fin de ces missions fort utiles pour les entreprises belges.

Interpellation à Cécile Jodogne, Secrétaire d’Etat à la Région de Bruxelles-Capitale, concernant « les missions princières ».

Notre métier étant celui de l’actualité, hier nous avons tous pris connaissance de ce qui était sorti du conseil d’administration de l’Agence pour le commerce extérieur (ACE) le 25 septembre dernier.

Le 25 septembre, la Région flamande a annoncé, d’une part, qu’elle souhaitait passer de quatre missions princières par an à deux et, d’autre part, qu’elle voulait également, sans que ce soit lié à son premier souhait, une réduction de 50% de la dotation, c’est-à-dire la faire passer de 1,6 million d’euros à 800.000 euros.

Vous avez prévu de maintenir un budget qui correspondait à quatre missions princières par an. En tout cas, c’est ce que l’on présuppose en constatant que le budget prévu est le même que les années précédentes, c’est-à-dire 234.000 euros.

Mais d’articles de journaux parus hier, je tire l’impression qu’il faudra appliquer la règle de trois, et de manière automatique, arriver à une réduction similaire de 50% de notre dotation bruxelloise, donc passer d’un budget de 234.000euros à 117.000 euros. Il serait intéressant d’entendre votre vision officielle de la chose.

Peut-on espérer une éventuelle compensation au niveau fédéral ? Avez-vous déjà eu des contacts à cet égard avec M. Kris Peeters ou attendez-vous le conseil d’administration de l’ACE du 14 novembre ?

Par ailleurs, ce n’est pas parce qu’on réduit de 50% les missions princières que, pour autant, la

dotation se voit réduite de 50%. Les missions princières ne représentent en effet que 20% des frais de fonctionnement, une part beaucoup plus importante allant aux frais de personnel.

Quel budget est-il alloué aux missions princières ? Combien de missions sont-elles prévues pour la Région bruxelloise ? La décision flamande aura-t- elle un impact sur le budget bruxellois alloué aux missions princières ?

Cliquez sur ce lien pour accéder à mon interpellation complète en page 32

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.