Projet « Delhaize-Molière »: un îlot, un quartier, un projet de ville

Depuis des mois, tout un quartier se mobilise contre le projet « Delhaize-Molière » de Besix RED. Si l’avis défavorable de la commune est un soulagement pour les habitants, celui positif de la Commission de concertation les inquiète et les oblige à être vigilants pour la suite. Soyons tout à fait clairs : ce projet est un vrai désastre pour le quartier! Il est construit autour d’une venelle privée et fermée entourée de 98 logements, le tout quant à lui emprisonné entre les habitations existantes. Le projet est organisé autour d’un espace clos minéral qui ne prévoit aucune respiration, chronique annoncée de conflits de voisinage et de cicatrice urbaine.  En outre, quand on regarde les plans, on peut se demander comment il est possible, aujourd’hui, de présenter un projet d’une telle pauvreté architecturale, alors qu’il se situe dans une zone ZICHEE (Zone d’intérêt culturel, historique, esthétique ou d’embellissement) et que le quartier Ma Campagne-Lepoutre-Brugmann se caractérise par une haute valeur patrimoniale.

La vraie question est : comment a-t-on pu en arriver là ? Le manque de concertation et de vision mettent en cause ici le rôle de l’autorité publique. Or, cette autorité doit fixer les règles du jeu. Nous ne pouvons pas nous retrancher derrière le caractère « privé » de ce projet. A travers l’octroi de permis d’urbanisme, qu’ils relèvent de projets publics ou privés, c’est une vision de la ville qu’il faut défendre. Chaque permis pose la question du vivre ensemble, de la densité et de la qualité de vie des habitants. La réponse du Ministre-président à mon interpellation était surprenante et rassurante à la fois. Surprenante parce qu’il nous a appris que l’avis défavorable du collège était hors délai et donc réputé favorable ! Le pire c’est que le collège ne l’a même pas dit devant les riverains lors du dernier conseil communal. Et rassurante parce que la Région reprend la main et entend redémarrer toute la procédure « à partir d’une page blanche, si pas vierge ». Le Ministre-Président prévoit dès lors des modifications « d’ampleur », une nouvelle enquête publique et une nouvelle Commission de concertation. Maintenant que la Région va redémarrer toute la procédure, il ne faudra pas se contenter d’un permis de modification mais renégocier en profondeur un projet qui soit respectueux de tout un quartier et de ses habitants. Il y a encore de l’espace pour la mobilisation ! Espérons que la nouvelle échevine sera réceptive aux revendications des riverains…

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *